Fibromyalgie et cancer : partage d’une expérience de guérison par l’alimentation vivante

assalâmu ‘alayum

Fibromyalgie et cancer :

partage d’une expérience de guérison par l’alimentation vivante

Source Veg an’ bio

legumes

Cette intéressante expérience est partagée par Gabriela Lerner dans le dernier numéro du magazine GET FRESH. Elle souffrait de fibromyalgie et mangeait ce qu’elle pensait être une alimentation saine tout en étant toujours plus accablée par les symptômes débilitants de sa maladie. Quand un cancer a été diagnostiqué à son mari ils ont découvert ensemble le mouvement de l’alimentation crue et la vie de Gabriela  a complètement changé.

Pour ceux qui n’auraient pas accès à ce texte, je m’efforcerai ci-après de traduire la plus grosse partie de ce que rapporte Gabriela :

Contrairement à d’autres éducateurs en alimentation crue, qui peuvent se targuer d’une expérience de 10, 20 ou même 30 années d’expérience, je suis une relativement nouvelle venue dans le monde du manger des aliments végétaux, non transformés, vivants, crus. Mais je suis une nouvelle venue dont la vie a été dramatiquement transformée en déménageant de ce qui était considéré comme une « alimentation saine » par les nutritionnistes conventionnels vers un mode alimentaire presque complètement cru.

Pendant plus de 20 ans j’ai souffert de fibromyalgie, un état qui provoque des douleurs chroniques dans différentes parties du corps, de la fatigue et d’autres symptômes souvent aléatoires.

Quiconque a eu la fibromyalgie, ou connait quelqu’un qui l’a, comprendra que cela peut amener à un état profondément débilitant et douloureux. Mais, comme la plupart de ceux qui en souffrent, j’ai appris à vivre ma vie de façon à ce que beaucoup de gens qui me rencontraient ne le remarquaient même pas. Cependant à l’intérieur il y avait toujours de la douleur, de la fatigue et une limitation à ce que j’étais capable de faire.

Je n’avais jamais suffisamment d’énergie et souffrais de troubles du sommeil, de SII (Syndrome de l’Intestin Irritable), d’hypoglycémie et d’un brouillard cérébral qui compliquait souvent mon fonctionnement. Mon taux de sucre sanguin pouvait sortir de ses limites à tout moment, ce qui ajoutait encore d’autres symptômes. Je devais nourrir mon corps sans arrêt pour être sûre qu’il ait assez d’énergie pour surmonter les symptômes, et étais convaincue que j’avais besoin de protéines animales pour avoir assez de force. […]

Ensuite, sans qu’on s’y attende, mon mari Neil fut diagnostiqué pour un cancer de la prostate après une visite médicale de routine. Ayant initialement considéré qu’il n’y avait aucune raison de s’inquiéter, les médecins l’ont rapidement classifié en stade trois. Chirurgie ou hormones et radiation seraient nécessaires.

Nous mangions bien, pour autant que nous en sachions, donc cela fut un gros choc ; il n’était pas supposé être malade. Neil refusa de prendre pour argent comptant ce que les médecins lui avaient dit et décida d’essayer de se soigner par lui-même. Cela signifiait des changements majeurs de mode de vie, une réduction du stress, plus d’exercice et des changements dans sa nourriture. En parallèle aux aliments spécifiquement anti-cancer à ajouter au régime, il décida aussi qu’il ne mangerait plus d’aliments transformés, de viande rouge, de produits laitiers et de sucre. Cette décision provoqua une révolution dans ma cuisine et je fus stupéfaite de remarquer combien d’aliments dans notre réfrigérateur et nos placards étaient transformés et à quel point combien ne collaient plus avec son nouveau régime. Je réalisais rapidement que la plupart de nos produits de base devraient disparaitre et que je devrais en venir à une nouvelle façon de créer des plats qui seraient encore nutritifs et délicieux.

Il y a quelque chose d’intéressant qui arrive quand vous arrêtez de consommer des produits transformés. Moins vous les mangez, moins vous avez envie de les manger. Donc, tout à fait naturellement nous avons commencé à manger plus d’aliments crus, tout ce qui nous arrivait sous sa forme naturelle que nous savions ne pas avoir été transformée.

Nous avons développé un goût pour les légumes frais d’une façon que nous n’avions encore jamais expérimentée. C’était comme si le corps hurlait « donne-moi de la verdure ! donne-moi de la verdure ! » et maintenant, évidemment, je comprends exactement ce qui s’est passé. Une fois que vous donnez à votre corps les nutriments véritables il réalise que c’est exactement ce dont il manque et que c’est ce dont il a besoin. Ce ne fut pas, de toutes les façons, un changement facile et j’ai eu à me battre avec une adaptation de mon approche à cuisiner d’une manière nouvelle. Pas de steak, de saucisse, de fromage ? Vous plaisantez ! Neil avait décidé clairement de ne plus manger de viande rouge, mais nous mangions encore occasionnellement tous les deux une petite part de poulet ou de poisson.

Alors que je recherchais de nouvelles idées de repas je commençais aussi à chercher quels aliments seraient bons pour aider le corps à s’alcaliniser et à soutenir la guérison du cancer. Ce fut durant cette recherche que je croisais le site Web de Marie-Claire Herman (ravishingraw.com).

Marie-Claire avait souffert de fibromyalgie parmi tout un tas d’autres troubles et problèmes de santé qui avaient tous été surmontés avec une alimentation crue. Son histoire de santé semblait tellement similaire à la mienne, mais elle m’offrait surtout l’espoir que, moi aussi, je pourrais aller mieux. Il n’y eut plus d’arrêt pour moi. Si cela avait marché pour elle, cela pouvait aussi marcher pour moi. L’une de mes forces est que lorsque je décide de faire quelque chose je me plonge de tout cœur dedans. J’ai téléchargé le e-livre gratuit de Marie-Claire qui donnait un programme de trois jours d’alimentation crue. Neil et moi-même suivirent ces trois jours ; nous avons adoré la nourriture, nous avons adoré la façon dont nous nous sentions et nous avons décidé sur le champ de rester « crus ».

J’ai toujours été considérée par les amis et la famille comme une cuisinière accomplie. J’ai un talent naturel pour créer des plats délicieux et je suis fière de pouvoir faire un repas quels que soient les produits dont je dispose dans le réfrigérateur. Je ne me contenterais certes pas de repas crus médiocres et savais que je désirais continuer à préparer des plats dont ma famille et mes amis se régaleraient, exactement comme lorsque je les cuisais. Je devais me ré-entrainer comme « chef cru ». Une autre chose importante était que l’alimentation devrait être facile et pas trop longue à préparer pour s’adapter à ma vie occupée. Je commençais à chercher des plats végétariens et à les adapter en plats végétaliens, crus. Je commençais à tester les recettes des autres, mais comme j’étais habituée à créer mes propres plats, je me suis vue désirer les changer et les améliorer à ma propre façon pour qu’ils s’adaptent à nos goûts et à notre mode de vie, bien que je manquais de connaissance et de technique pour cette nouvelle façon de manger.

Mes talents de cuisinière mises au défi par notre décision de passer au cru, je commençais à chercher des cours et des possibilités de formation disponibles pour la novice que j’étais. J’ai envisagé de suivre une formation de chef aux USA avec Matthew Kenney ou Cherie Soria mais finalement je décidais que j’avais seulement besoin d’apprendre quelques nouvelles techniques et plus de compréhension sur la façon dont les différents groupes d’aliments fonctionnaient ensemble. Je me suis inscrite au cours en ligne « Raw chef At home » avec Russell James, le chef cru. A travers ses cours en vidéos j’ai appris à améliorer mes techniques de découpe et comment rendre les aliments attractifs tout en ayant un goût merveilleux. Ses cours m’ont appris le principe de la combinaison des saveurs, quelque chose que j’avais déjà pratiqué intuitivement dans l’alimentation cuite mais qui devait être revu dans ma cuisine crue. En trois mois je commençais à me sentir confiante et confortable avec la création de nouveaux plats crus, à partir de presque rien, de façon quotidienne.

Manger cru n’affecte pas seulement le corps. Quelque chose d’autre se produit qui affecte l’être tout entier. Les légumes crus, les noix, les graines, les fruits et les herbes sont remplis d’une énergie vibratoire élevée et ils vous font vous sentir plus léger, plus heureux et plus en harmonie.
J’ai expérimenté cela dès les premiers mois de mon passage au cru. Je commençais à me réveiller avec joie le matin pour démarrer la journée et découvrais que je n’avais plus les sautes d’humeur auxquelles j’étais habituée avec la fibromyalgie et également la ménopause.

Ces effets m’ont amenée à me poser la question de savoir ce que je souhaitais faire du reste de ma vie. Que pourrais-je faire avec tout ce surplus d’énergie, avec cet esprit dynamique et cette disponibilité que j’étais en train de créer en supprimant mes douleurs ?

A cette époque je dirigeais une société d’import et de distribution, un travail très stressant qui m’était devenu moins intéressant au fil des années. Cependant avant de souffrir de fibromyalgie, j’avais été consultante et coach en développement personnel. J’avais dû abandonner cette carrière à cause de mon état qui me compliquait le fait d’avoir l’énergie et la concentration nécessaires pour l’animation des ateliers. Manger des aliments végétaux, frais et purs et les effets que cela a eu sur ma vie m’a fait réaliser que je souhaitais retravailler avec les gens, les aider à retirer le meilleur de leur vie et être aussi sains que possible. Ce ne fut pas un grand saut à faire que d’arriver à la conclusion que je souhaitais enseigner l’alimentation crue.

J’ai donc suivi les cours de Russell James et les cours intensifs de Karen Knowler pour les enseignants en alimentation crue. C’est un autre cours en ligne. (…) Comme je commençais à me sentir plus confiante, mettre sur pied mes propres cours fut simplement une histoire de structure de ces cours, de pratique des recettes et de faire un « cours-test’ avec des amis. Je fixais une date pour mon premier cours et commençais à le diffuser sur Internet, sur les réseaux sociaux et localement par flyers et sur des listes d’évènements. Malgré mes efforts intensifs, je n’étais pas sûre de pouvoir enrôler des gens dans un cours alors que j’étais pratiquement inconnue dans le monde cru et ce dans une petite ville du Dorset. Je fus donc agréablement surprise de voir apparaitre 12 participants. Ce qui fut encore plus surprenant et merveilleux fut que tous ces gens aimèrent tant le cours qu’ils s’inscrivirent immédiatement pour le prochain et le suivant. J’eus ainsi 17 réservations pour mon second cours.

L’alimentation crue est un changement de vie, pas simplement un changement de régime et je comprends combien cela peut être dur, étant moi-même passée par là. A travers mes cours je peux donner aux gens des outils simples qu’ils peuvent mettre en pratique à la maison pour faire la transition vers l’alimentation crue.

(…)

Je recois désormais de nombreux retours sur mes cours, tels que « J’ai commencé a boire un smoothie vert chaque matin et je me sens merveilleusement bien« ,  « Vous m’avez inspiré pour manger plus d’aliments frais« , « J’ai fait votre courgette /sauce tomate et mon mari a trouvé ce plat délicieux… sans même noter que c’était cru »  (…). Ces retours encourageants m’ont fait prendre conscience de l’importance des enseignants et coach en alimentation crue pour aider les gens à changer leur mode alimentaire. Beaucoup de gens trouvent facile de se connecter à Internet, de lire les recettes et simplement de les faire. Mais je crois qu’il y a encore plus de gens qui ont besoin d’un petit encouragement sur leur chemin.

Depuis ma décision de passer au mode de vie cru, j’ai graduellement diminué les heures de mon ancien travail pour passer plus d’heures dans le nouveau. Je suis désormais une enseignante et coach a temps plein, suivant des cours dans l’Institute of Integrative nutrition pour obtenir une certification. (…) Je suis particulièrement intéressée par les femmes entre 40 et 60 ans.

Quelquefois elles veulent juste perdre le poids qu’elles ont accumulé au fil des années (…) En vieillissant nous commençons à réaliser que nous ne sommes pas invincible et nous pouvons soudainement être confronté au fait que notre corps n’est pas aussi sain que nous le pensions. (…) Beaucoup de femmes et d’hommes plongent leur tête dans le sable en le réalisant mais d’autres décident de faire un pas vers le changement. Ce sont les gens avec lesquels j’adore travailler comme ils ont déjà réalisé que c’est dans leur intérêt et celui de leur famille de changer leur nourriture.

Mon voyage cru a été exceptionnel a la fois personnellement et professionnellement. Dans mon ancien travail j’étais constamment stressée et poussée vers mes limites. Il a fallu ce revirement vers l’alimentation crue pour que je réévalue ma vie professionnelle et réaliser que je n’avais pas à vivre de cette façon. J’ai décidé de commencer une nouvelle carrière sur une voie différente, concentrée sur l’équilibre et la santé ; pas seulement pour mes clients mais aussi pour moi et ma famille. J’ai 56 ans et je me sens mieux que jamais. Et ce n’est pas une exagération. Je me sens vivante et vibrante. Mon mari n’a jamais été opéré ou eu de thérapie hormonale ou de radiothérapie, bien que nous n’ayons jamais eu la prétention de le guérir par l’alimentation crue. Il y a beaucoup plus pour lutter contre le cancer ou n’importe quelle autre maladie, que la nourriture seule. Mais l’alimentation est l’une des premières étapes sur laquelle tous les autres changements peuvent s’appuyer au fil du renforcement du corps et de sa guérison, le mental et l’esprit ont une chance de se renforcer et  guérir également.

(…)

Parlez à quiconque devenu crudivore et il aura généralement quelque évènement à raconter sur ce qui a déclenche son changement. C’est une grande nouvelle. Cela signifie que l’alimentation n’est pas « un autre régime à la mode ». Il change la vie des gens et encourage ceux avec lesquels nous entrons en contact.

Colette

********************************

Source : http://veganbio.typepad.com/veg_anbio/2014/04/fibromyalgie-partage-dune-exp%C3%A9rience-de-gu%C3%A9rison-par-lalimentation-vivante.html

La Fibromyalgie, c’est l’aluminium, point final !

assalâmu ‘alaykum

Article parut sur Alternative Santé

On trouve de l’aluminium dans les vaccins mais également dans l’alimentation subhannAllah ! Nous vous conseillons de ce fait de regarder le reportage très intéressant
« Aluminium, notre poison quotidien »

La Fibromyalgie, c’est l’aluminium, point final !

rédigé le 14 mars 2014 à 19h13 par Michel Dogna

 

  • fibromyalgie

La fibromyalgie est en relation directe avec la myofascite à macrophage déclenchée par les adjuvants à l’aluminium des vaccins. En clair, c’est une maladie de l’aluminium……mais il ne faut pas le dire !

Ce trouble douloureux aux multiples aspects n’est pas reconnu par la médecine en tant que maladie – ceci probablement pour deux raisons :

  • Parce que la médecine officielle est incapable de la soigner,
  • Parce que cette même médecine en est souvent l’origine par le biais des vaccinations. Mais elle peut survenir aussi par accumulation au long court d’aluminium alimentaire et même de l’eau du robinet.

Les symptômes possibles

  • douleurs aiguës terribles dans les grosses et petites articulations,
  • douleurs dorsales aiguës ainsi que dans les épaules et le cou,
  • crampes musculaires terribles surtout dans les mollets,
  • perte de sommeil,
  • perte de tonus,
  • baisse de la vue,
  • souvent prise de poids par rétention d’eau,
  • déprime (on vous classe dans la dépression simple)

Les faux diagnostics

Chacun des spécialistes essaie de ramener les causes des troubles à son propre domaine, à sa propre spécialité, soit par opportunisme, soit par étroitesse de vue. Par exemple, n’écoutez pas certains spécialistes qui rattachent vos problèmes de fibromyalgie à une malocclusion dentaire, car il s’agit d’une intoxication neurologique à l’aluminium.

Au niveau de la médecine conventionnelle, il y a souvent confusion entre la spondylarthrite ankylosante (SPA), la polyarthrite évolutive (PE) et la fibromyalgie.

Dans la SPA, on souffre du dos et des grosses articulations. Une véritable SPA est formellement identifiée par le test HLA B27. Il est évident qu’une alimentation non polluante est indispensable pour que les fermentations intestinales ne détruisent pas la première barrière de défenses. Lorsqu’il n’y a pas de trace radiologique et que le test HLA est négatif, on la classe SPA séronégative. La SPA entraîne généralement une destruction des os du bas du dos assez rapide.

Dans la PE, on souffre des petites et grosses articulations mais pas du dos. Les articulations sont rouges et enflées. Il y a des déformations au contrôle radiologique au bout de 7 à 10 années. À noter que le test de discrimination au HLA B27 n’est pratiquement jamais effectué.

Dans la fibromyalgie, il n’y a pas de rougeurs articulaires, mais il y a gonflement de l’ensemble du corps et le tableau décrit plus haut sans destruction osseuse.
Les processus métaboliques

Rares sont ceux qui savent que l’aluminium piège et se lie avec l’indispensable ferritine.

Le taux de ferritine est toujours très bas chez tous les intoxiqués à l’aluminium. Il y a une chute de fer au niveau du foie, créant la fatigue chronique.

Mais il y a de plus, deux neurotransmetteurs d’une importance capitale qui sont piégés et neutralisés par l’aluminium : la sérotonine et l’acétylcholine.

La baisse de sérotonine se manifeste par une dépression importante, de gros troubles du sommeil, une baisse de sécrétion des endorphines entraînant une augmentation des douleurs, des troubles digestifs importants, des troubles de la mémoire, une mauvaise circulation.

• La baisse de l’acétylcholine entraîne une grande faiblesse musculaire. On n’arrive plus à monter les escaliers ni à lever les bras. Ensuite, on ne peut plus tenir debout.
Il y a en plus un risque d’atteinte grave au foie.

• Enfin, la thyroïde est perturbée par la pénétration de l’aluminium dans ses tissus qui aboutit le plus souvent à une hyperthyroïdie, mais parfois à une hypothyroïdie.

Les traitements

Le protocole classique : corticoïdes, antidépresseurs. L’aluminium est ignoré ! La dépollution encore plus….. Résultat catastrophique. On devient une épave !

Trois actions sont nécessaires :

  • Soulager les douleurs (au choix ou en association)
    – Lavements au café (voir dans la cure Gerson)
    – 5-http (Griffonia simplicifolia) : Prendre 1 capsule à jeun au lever et au coucher estomac vide.
  • Restaurer les cellules nerveuses, qui sont essentiellement constituées de complexes lipidiques (l’une ou l’autre de ces huiles au choix ou en association) :
  • Huile de lin
  • Huile de périlla
  • Huile de colza
  • Huile de chanvre…
  • Mélanges riches en Omega 3

Prendre 5 cuil. à soupe par jour.

  • Eliminer l’aluminium

Silice de prêle ou silicium organique

Prendre 3 bouchons par jour.

Nota : j’ai exposé dans un article concernant la maladie d’Alzheimer que suite à des études de laboratoires indépendants, la silice s’avère capable d’absorber et évacuer l’aluminium même celui qui a passé la barrière encéphalique.

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

*************************************************

Source : http://www.alternativesante.fr/fibromyalgie/la-fibromyalgie-c-est-l-aluminium-point-final#.U3s6dZ9yA0A.facebook

10 signes qui montrent que vous pouvez avoir une intolérance au gluten

assalâmu ‘alaykum

gluten

Il existe une différence entre une allergie alimentaire et une intolérance alimentaire. Ici, nous allons montrer les 10 signes les plus courants de l’intolérance au gluten qui sontt plus communs que vous ne le pensez.

Tout d’abord, nous devons faire la différence entre une véritable allergie alimentaire et une intolérance. Un aliment allergène , est due à une réponse immunitaire indésirable à une protéine alimentaire spécifique. Cela signifie qu’il y a quelque chose dans la nourriture que votre corps va interpréter comme préjudiciable, et donc votre corps va créer automatiquement des anticorps comme moyen de défense.

L’ intolérance est une réaction négative, souvent retardée, à un aliment, une boisson ou d’un additif alimentaire, mais n’est pas une véritable allergie alimentaire. Vous pouvez constater que vous pouvez tolérer une petite quantité de nourriture, mais en grande quantité cela fera réagir votre corps, et dans ce cas, aucun anticorps ne sont générés.

La sensibilité au gluten continue de progresser à un rythme alarmant.

Si vous marchez dans n’importe quelle épicerie aujourd’hui, invariablement, vous trouverez une vaste gamme de produits qui sont sans gluten.

Le gluten lui-même est une protéine présente dans le blé, le seigle et l’orge et d’autres céréales. Beaucoup de maladies sont désormais liées au gluten – l’une des plus connues d’entre elles est la maladie cœliaque qui est une maladie auto-immune qui peut se produire chez les personnes génétiquement prédisposées où l’ingestion de gluten entraîne des dommages à l’intestin grêle.

Il est estimé qu’1 personne sur 100 est affectée dans le monde. 2,5 millions d’Américains ne sont pas diagnostiqués et sont considéré à risque pour des complications de santé à long terme.

Cependant les experts estiment qu’au moins 15% de la population américaine est intolérante au gluten – si vous avez l’un des symptômes cités ci-dessous, alors cela pourrait être une indication que vous pouvez être également intolérant au gluten :

1. problèmes digestifs désagréables et persistants, comme l’excès de gaz, des ballonnements constants, des crampes d’estomac, de la diarrhée et même de la constipation. Les enfants souffrent particulièrement de la constipation si ils sont intolérants.

2. léthargie inexpliquée, cerveau embrouillé ou se sentir fatigué après avoir mangé un repas qui contient du gluten.

3. inflammation, un gonflement ou des douleurs dans les articulations en particulier les doigts, les genoux ou les hanches.

4. kératose pilaire, (communément appelée «peau de poulet » sur l’arrière de vos bras). Ceci est lié à un acide gras et une carence en vitamine A, conduisant à des matières grasses mal absorbées, provoqué par le gluten qui endommage l’intestin.

5. déséquilibres hormonaux tels que le syndrome prémenstruel, le syndrome des ovaires polykystiques ou une infertilité inexpliquée.

6. problèmes neurologiques, par exemple des étourdissements fréquents ou le sentiment d’avoir des pertes d’équilibre.

7. fréquentes crises de migraine.

8.changements d’humeur tels que l’anxiété, la dépression, les sautes d’humeur et ADD (attention deficit disorder) troubles déficitaires de l’attention.

9. Si vous avez été diagnostiqué comme étant atteint de fatigue chronique ou de fibromyalgie. Ces deux maladies sont difficiles à cerner plus précisément pointer la cause de votre fatigue ou de votre douleur, mais de nombreux malades trouvent  la solution en éliminant le gluten.

10. Si vous avez été diagnostiqué avec un trouble auto-immune comme la sclérose en plaques, l’arthrite rhumatoïde, le lupus, la thyroïdite de Hashimoto, colite ulcéreuse, le psoriasis, la sclérodermie étant la plus courante. Il n’existe aucun test fiable spécifique pour confirmer une intolérance au gluten, la meilleure chose que vous pouvez faire est de faire un régime d’élimination, en vérifiant méticuleusement que vous ne mangez pas de gluten, sous quelque forme pendant au moins 2 ou 3 semaines, le plus long sera le mieux. Puis réintroduire lentement et garder un journal alimentaire précis notant chaque chose que vous ingérez, et noter les changements correspondants à votre état d’esprit, comment vous vous sentez.

Beaucoup de gens trouvent qu’après avoir identifié une intolérance alimentaire, et avoir fait une pause de cette nourriture, ils peuvent être en mesure de le réintroduire dans leur régime alimentaire à faible dose sans ressentir d’effet néfaste. De préférence en version sans OGM car beaucoup de gens sont réellement réactifs aux pesticides et aux modifications génétiques plutôt que les grains eux-mêmes.

Apprenez à connaître votre corps et prêter attention aux changements, de cette façon vous serez mieux en mesure de suivre la cause et l’effet et demander un avis médical en cas d’inquiétude.

**************************************************

Source : http://www.naturalcuresnotmedicine.com/2014/06/10-common-symptoms-gluten-intolerance.html