[Dossier#1] Panacée de Coco, l’huile aux mille et une vertus !

assalâmu ‘alaykum

IMG_20160318_124117

Aujourd’hui, nous allons ouvrir un dossier infini sur l’huile de coco et ses mille et une vertus. Un must have à avoir obligatoirement dans sa cuisine, on peut l’utiliser aussi bien en interne, qu’en externe, en cuisine, en masque, en soin, en remède…. vous l’aurez compris cette huile est une véritable panacée pour nous ma sha Allah.

Pour ouvrir ce magnifique dossier, nous allons aborder le sujet des bénéfices sur le corps de consommer 2 cuillères à soupe d’huile de coco par jour. Oui Oui on peut en consommer tranquillement et sans culpabilité : )

Let’s go !

Pour une efficacité optimale, vous devez prendre de lhuile de noix de coco BIO/ORGANIC, extra vierge, 1ère pression à froid, non raffinée, et non dépourvue de son agréable odeur de coco

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

IMG_20160318_124055

Voilà ce qui arrive à la graisse du ventre et au sucre dans le sang quand vous mangez 2 cuillères à soupe de l’huile de coco Ce post a été écrit par Nick Garcia, HN. Il croit que tout le monde peut atteindre un mode de vie sain et le corps de leurs rêves. Voilà pourquoi il se consacre à aider les gens afin de manger de la vraie nourriture, à avoir de l’exercice intelligent, et de transformer leurs habitudes en utilisant des stratégies simples que tout le monde peut faire.

L’huile de coco est l’un des seuls aliments que vous pourriez légitimement appeler un «superaliment».

L’huile de coco est aussi un des aliments les plus controversés sur le marché actuellement. Il existe 3 types de personnes que vous rencontrez quand vous mentionnez l’huile de noix de coco :

  1. La personne qui n’y touchera jamais, car elle contient des gras saturés et ils ont menti en faisant croire que cette graisse provoque des maladies cardiaques (ils ont tort)
  2. La personne qui voit les avantages, mais a peur d’en manger parce qu’elle est trop riche en calories et ils ont été amenés à croire que toutes les calories sont égales (ils ont tort)
  3. La personne qui l’utilise littéralement pour tout (ils ont raison)

Dans cet article, je vais vous prouver pourquoi vous devriez manger au moins 2 c. d’huile de noix de coco tous les jours pour perdre du poids, améliorer votre santé, et se sentir incroyable.

#1: huile de coco va vous aider à perdre du poids

Même si 1 c. d’huile de noix de coco contient 120 calories, ces 120 calories n’ont pas la même valeur calorique dans le corps que 120 calories de l’huile de colza.

Les différents types d’aliments que nous mangeons peuvent avoir un effet énorme sur nos hormones et la santé métabolique.

L’huile de coco est plus thermogénique, par rapport à d’autres aliments et de graisses. Cela signifie que d’en manger a tendance à augmenter la dépense énergétique. En d’autres termes, manger plus d’huile de noix de coco permet de brûler plus de calories.

Afin de perdre du poids 2 choses doivent se produire :

Tout d’abord, vous devez être dans un déficit calorique, ce qui ne signifie pas nécessairement que vous devez manger moins de calories et faire plus d’exercice. Cela signifie que vous devez manger des aliments qui stimulent votre métabolisme, sans les supprimer, de sorte que vous pouvez nourrir votre corps et préparer le terrain pour libérer la graisse piégée à être brûlée par vos muscles.

La deuxième chose qui doit se produire pour perdre du poids sans effort est l’équilibre hormonal. Cela signifie le maintien des organes sains, en particulier votre foie et votre thyroïde.

L’huile de coco non seulement aide votre corps à brûler plus de calories qu’il en prend (en supposant que vous mangez des aliments de haute qualité), mais il protège votre foie, de sorte que votre thyroïde peut fonctionner à un niveau supérieur.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Comment utiliser l’huile de coco pour perdre du poids

L’huile de coco se solidifie naturellement à 24° il est donc préférable de la liquéfier dans l’eau chaude avant de la consommer comme une aide à la perte de poids. Vingt minutes avant l’heure du repas est le meilleur moment pour prendre votre huile de coco, elle permettra de réduire considérablement l’appétit et aider à vous sentir rassasié plus rapidement et donc de se contenter de plus petites portions.

Pour liquéfier, mélanger 1 à 2 CS d’huile de noix de coco dans une tasse et ajouter de l’eau chaude ou de tisane (café PAS de bulletproof!). Remuer pour faire fondre et boire.

Utilisez les instructions suivantes pour déterminer la quantité d’huile à consommer avant chaque repas :

  • 40-58 kg, utiliser 1 CS huile de noix de coco avant chaque repas pour un total de 3 CS par jour.
  • 59-80 kg, utilisent 1,5 CS l’huile de noix de coco avant chaque repas pour un total de 4.5 CS par jour.
  • Plus de 80 kg, utiliser 2 CS l’huile de noix de coco avant chaque repas pour un total de 6 CS par jour.

Alternativement, vous pouvez simplement manger l’huile de noix de coco et laissez-la se liquéfier dans votre bouche pendant quelques secondes avant d’avaler.

Source

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

#2 L’huile de coco est PRO-santé, car elle est anti-tout

Vous avez probablement lu sur les aliments anti-inflammatoires et la façon dont ils contribuent à réduire la production de radicaux libres dans le corps, ce qui maintient vos cellules saines en prévenant ou en ralentissant le stress oxydatif / dommages.

Eh bien l’huile de noix de coco, non seulement est en tête de la liste des aliments anti-inflammatoires, mais vérifiez aussi ses autres superpuissances de guérison :

  • Anti-bactérienne – arrête les bactéries qui causent les maladies des gencives, les infections de la gorge, des infections et des ulcères des voies urinaires.
  • Anti-cancérigène – évite des cellules cancéreuses dangereuses de se propager tout en stimulant l’immunité.
  • Anti-fongique – détruit les infections, le développement des champignons et levures.
  • Anti-inflammatoire – supprime l’inflammation des tissus et des réparations.
  • Anti-microbien – inactive les microbes nocifs et combat les infections.
  • Anti-oxydant – protège contre les dommages des radicaux libres. Anti-rétroviral / parasite / protozoaires / virale détruit le VIH et le HTLV-1, débarrasse le corps des poux, des ténias et autres parasites, tue l’infection protozoaire dans l’intestin, tue les virus qui causent la grippe, l’herpès, la rougeole, le sida, l’hépatite et plus.

Imaginez comment votre santé, votre immunité, et la capacité à brûler les graisses augmenteraient si vous avez choisi de manger seulement deux cuillères à soupe de ce superaliment ?

#3 : huile de coco Stabilise le sucre dans le sang et le niveau d’insuline

Il peut sembler étrange que l’huile de noix de coco, une matière grasse, peut aider à contrôler le niveau de sucre dans le sang et d’insuline, car l’huile de noix de coco n’a pas d’impact direct sur le niveau de sucre dans le sang. Mais là où la magie se produit est sur l’effet indirect.

Les médecins et les nutritionnistes recommandent généralement que les diabétiques suivent un régime faible en gras, faible en sucre raffiné et riche en hydrates de carbone.

Ils ont dû passer sur le fait que l’huile de noix de coco aide le glucose à entrer dans les cellules, ralentir et de réduire les niveaux d’insuline dans le sang. Ou la partie sur la façon dont il est important de manger des repas équilibrés qui contiennent tous les types d’aliments, et il est particulièrement important de choisir des graisses de haute qualité comme l’huile de noix de coco.

La graisse saine de l’huile de noix de coco joue un rôle essentiel dans la régulation de la glycémie : il ralentit le processus digestif pour assurer un équilibre, même flux d’énergie de votre nourriture en abaissant l’indice glycémique global de votre repas. Lorsque vous incluez l’huile de noix de coco dans un repas avec des glucides, les glucides sont décomposés en glucose plus lentement, de sorte que les niveaux de sucre dans le sang restent stables, même après avoir mangé.

L’huile de coprah est constituée d’acides gras à chaîne moyenne (TCM), à la différence des huiles modernes végétales comme les huiles de soja, de maïs, de colza et qui sont constitués d’acides gras à longue chaîne, pour la plupart AGPI)

Voici la clé à retenir : Huiles qui se composent principalement d’acides gras à longue chaîne peut effectivement diminuer la capacité des cellules à absorber le sucre dans le sang, ce qui pourrait causer ou exacerber la résistance à l’insuline et le diabète.

Les cellules saines utilisent le glucose, les cellules malsaines ne le font pas.

#4: L’huile de coco réduit votre risque de maladie cardiaque

Les populations qui consomment de l’huile de noix de coco sont quelques-unes des plus saines sur la planète, et il est sans surprise qu’ils ont les cœurs les plus forts.

Une étude sur les Polynésiens qui consomment plus de 60% du nombre total de calories provenant de la noix de coco ont prouvé être en superbe santé ne présentant aucun signe de maladie cardiaque. (Lire l’étude ici)

Une autre population, Papea Nouvelle-Guinée qui prospère sur l’huile de noix de coco et d’autres aliments de noix de coco ne montrent aucun signe d’accident vasculaire cérébral ou crise cardiaque. (Lire l’étude ici)

Pourtant, les États-Unis ont connu une hausse significative des maladies cardiaques, accidents vasculaires cérébraux, taux de cholestérol élevé, et plus … .pour les 60 dernières années. Ironiquement, au moment où les graisses saturées ont été nommées Ennemi n°1.

Contrairement aux huiles d’acides gras polyinsaturés, l’huile de noix de coco n’oxyde pas lorsqu’elle est exposée à l’oxygène, la lumière ou à la chaleur, de sorte qu’elle ne provoque pas de lésions artérielles comme le montre le rôle du stress oxydatif sur vos artères (ici)

Si vous avez des antécédents de maladie cardiaque dans votre famille, le passage à l’huile de noix de coco aura un impact positif immédiat sur votre santé et votre bien-être.

#5: huile de coco stimule la fonction thyroïdienne

Si vous vous dirigez vers le Mayoclinic ou Webmd vous ne trouverez rien de positif à propos de l’huile de noix de coco, en particulier en ce qui concerne sa capacité à augmenter les niveaux de la thyroïde et le taux métabolique.

Mais, si vous êtes comme moi, vous vous êtes demandé pourquoi : Pourquoi 34% des adultes sont atteints du syndrome métabolique (source) Pourquoi plus de 20 millions d’Américains ont une certaine forme de maladie de la thyroïde (source) Pourquoi notre consommation d’huiles polyinsaturées a augmenté depuis le début des années 1900

u_s_pufa_consumption_1909-2005    u_s_pufa_consumption, _1909-2005

Il existe de nombreuses études publiées sur la relation entre l’huile de noix de coco, du métabolisme et de la thyroïde. La recherche montre que l’huile de coco contient des acides gras uniques qui stimulent le métabolisme, alimentent le corps avec une énergie considérable, et favorisent la perte de poids.

La plupart des gens ne savent pas que l’hypothyroïdie est une maladie auto-immune, ce qui est l’une des principales raisons pour lesquelles les traitements pharmaceutiques classiques sont inefficaces. Prendre des hormones de remplacement de la thyroïde sans aborder le déséquilibre immunitaire sous-jacent est comme essayer de changer le type d’huile dans votre moteur avec l’espoir que le défaut de votre transmission cessera … inutile.

Afin de répondre vraiment aux problèmes de thyroïde, vous devez réduire l’inflammation, parce que l’inflammation diminue la conversion de T4 en T3. T4 est la forme inactive de l’hormone de la thyroïde. Le corps doit convertir en forme T3 actif avant qu’il ne puisse être utilisé.

L’huile de coco réduit l’inflammation et soutient un foie sain assurant un T4 efficace de conversion en T3.

#6: huile de coco tue les infections de Candida

Dans une nouvelle étude, publiée dans le journal « American Society for Microbiology », les chercheurs ont constaté que l’huile de noix de coco peut combattre une infection sanguine causée par le champignon Candida albicans, selon The Medical Daily.

Les symptômes de la candidose sont :

  • infections de la peau et des ongles fongiques telles que le pied d’athlète ou les champignons sur les ongles
  • Se sentir fatigué et usé, ou souffrant de fatigue chronique ou de la fibromyalgie
  • problèmes digestifs comme les ballonnements, la constipation ou la diarrhée
  • les maladies auto-immunes telles que la thyroïdite de Hashimoto, la polyarthrite rhumatoïde, la rectocolite hémorragique, le lupus, le psoriasis, la sclérodermie, la sclérose en plaques
  • difficulté à se concentrer, une mauvaise mémoire, manque de concentration, ADD, ADHD, et le cerveau dans le brouillard
  • problèmes de peau comme l’eczéma, le psoriasis, l’urticaire, des éruptions cutanées
  • irritabilité, sautes d’humeur, l’anxiété ou dépression
  • infections vaginales, infections des voies urinaires, des démangeaisons rectales ou démangeaisons vaginales
  • allergies saisonnières graves ou les oreilles qui démangent
  • fortes fringales de sucres, de glucides raffinés

On estime par les recherches récentes de la Rice University que 70% des personnes sont touchées par le Candida, une infection fongique systémique.

Je sais, il est difficile de croire que vous pourriez avoir un champignon poussant dans tout votre corps.

Si vous avez une prolifération de Candida, elle pourrait être la raison même que vous n’êtes pas dans un état optimal et vous ne pouvez pas bien dormir, perdre du poids, ou réduire votre stress.

L’huile de coco arrête le candida dans ses traces !

#7: Manger de l’huile de coco chaque jour va vous aider à obtenir un ventre plat

Étant donné les 6 raisons précédentes, vous devriez manger coco chaque jour, il n’est pas surprenant que l’huile de noix de coco puisse vous aider à brûler graisse du ventre tenace.

La plupart des femmes n’obtiennent pas le « ventre plat » insaisissable parce qu’elles ne sont tout simplement pas assez en bonne santé.

Cela peut ou ne peut pas avoir de sens pour vous, mais c’est la vérité que la plupart des femmes ne veulent pas entendre.

Elles veulent savoir des choses comme :

Il suffit de prendre 2 c. d’huile de noix de coco chaque jour pour fondre la graisse hors de leur corps. L’huile de coco peut aider à brûler la graisse viscérale, la graisse la plus dangereuse de toutes et est fortement associée à de nombreuses maladies occidentales. L’huile de coco leur donnera une peau éclatante, des cheveux radieux, et un cerveau lucide.

Si vous aimez entendre des choses comme ça, alors vous avez de la chance, parce que l’huile de noix de coco peut et va vous fournir un ventre plat.

Une étude menée auprès de 40 femmes présentant une obésité abdominale, supplémentées avec de l’huile de noix de coco par jour à mener à une réduction significative à la fois de l’IMC et du tour de taille dans une période de 12 semaines (étude à lire ici)

Je veux être parfaitement clair, un ventre plat ne va pas apparaître comme par magie dans la nuit après vos premiers jours, semaines, ou peut-être même des mois après avoir commencé à consommer de l’huile de noix de coco quotidiennement.

Les choses qui en valent plus la peine, prennent du temps.

C’est une vérité universelle, lorsque vous éviter les raccourcis et que vous travaillez vraiment pour quelque chose et que vous profitez vraiment du processus, vous ne recevrez pas seulement ce que vous voulez, mais vous allez vous y tenir.

Posez-vous la question : « Aurais-je plutôt un ventre plat en 4 semaines qui dure 1 semaine OU Aurais-je plutôt un ventre plat qui prend 4 mois, mais qui dure pour toujours ?« 

Votre réponse déterminera vos habitudes.

Comme vous pouvez le voir manger 2 c. d’huile de noix de coco chaque jour est la réponse à votre santé et à vos problèmes de perte de poids, c’est pourquoi je recommande également de cuisiner avec de l’huile de noix de coco dans votre objectif de ventre plat.

Il y a une autre graisse qui est acceptable pour la cuisson, car elle a les mêmes propriétés que l’huile de noix de coco, vous pouvez en savoir plus sur cette graisse unique ici.

Rendez-vous dans les allées de l’huile de noix de coco !

Cet article a été republié avec la permission de fitwomenforlife.com.

Traduction Conso’Oummah

[Témoignage] L’effet rebond de la cortisone

assalâmu ‘alaykum

Vous avez ou avez eu un traitement à la cortisone pour un souci de peau mais bizarrement au lieu d’aller mieux cela a empiré ? C’est « normal » car il  s’agit, en fait, de l’effet rebond de la cortisone.

La peau est en manque et a besoin de sa dose de cortisone, donc relance la maladie pour avoir une dose…

« De même, la diminution de la cortisone doit toujours être progressive car une augmentation brutale des symptômes de la maladie peut survenir (effet rebond). De plus, si vous l’arrêtez brutalement, vous risquez de provoquer un « état de manque » en cortisone appelé « insuffisance surrénale ». »

« Le manque de cortisol provoque alors une l’insuffisance surrénale. De plus, la maladie pour laquelle on a prescrit de la cortisone peut repartir de plus belle : c’est ce que l’on appelle, le « rebond » de la maladie.»

Voici le témoignage d’une lectrice de Conso’Oummah qui souhaitait vous faire part de sa mésaventure avec la cortisone. Qu’Allah lui facilite et lui vienne en aide.

As-salâm ‘aleykoum, Si je décide de vous écrire aujourd’hui, c’est pour vous faire part de mon expérience avec la cortisone et vous mettre en garde contre les dangers de cette hormone.

S’il vous plait les mamans, les papas, tout le monde, qui que vous soyez, ne mettez jamais Ô grand jamais de cortisone sur la peau de vos petits ou grands enfants, sur votre peau touchée par l’eczéma…

Même si un dermatologue très réputé vous en donne ou votre médecin de famille depuis 20 ans, peu importe s’ils vous disent que la cortisone est sans danger, qu’elle est peu dosée, s’il vous plait refusez la cortisone …

J’ai 25 ans aujourd’hui et bébé, j’avais de l’eczéma sur le visage et le corps. Mon médecin de famille a prescrit de la cortisone pour traiter cet eczéma qui était rouge, me démangeait, était suintant. Des années durant, ma mère m’a mis de la crème à base de cortisone sur le corps, pensant bien faire. Les années ont passé, en sixième, l’eczéma est revenu, la peau de mon cou suintait, me démangeait et pelait régulièrement. Mais c’était encore vivable.
Au lycée, deux semaines avant le bac, un eczéma très sévère est apparu sur mes cuisses. Il était rouge, ma peau était à vif. Je me grattais jusqu’au sang avec tout ce que je trouvais. A l’époque je me suis soignée avec du savon d’alep, je savais que l’éruption était dû au stress et qu’après le bac tout partirait. C’est ce qui s’est passé.
Il y a 5 ans maintenant, de l’eczéma est apparu dans la pliure de mes coudes. Un dermatologue très réputé m’a donné de la cortisone. C’était magique tout est parti très rapidement.
Puis il y a 3 ans et demi, suite a priori à une allergie médicamenteuse, il est revenu. De gros ronds rouges au milieu de mes coudes. C’était rouge, ça suintait. Je passais mon temps à me gratter en cours. C’était très très dur à supporter car il y avait toujours des vêtements dessus, ils frottaient ma peau et la transpiration empêchait l’eczéma de sécher.
Là encore, un généraliste m’a prescrit de la cortisone. Sauf que cette fois-ci, rien ne s’est passé. Des semaines plus tard, affolée par la progression des plaies qui se propageaient sur mes bras et avant bras, je suis allée voir un dermatologue (pas le même que la première fois). Je lui ai demandé de ne pas me donner de cortisone il m’a rassuré, m’a expliqué que dans la crème que j’allais devoir mettre tous les jours pendant plusieurs semaines, il n’y avait pas de cortisone. La crème a été extrêmement efficace. Tout est parti en quelques jours. Sauf qu’en regardant sur internet, j’ai vu qu’il y avait de la cortisone. Je me suis sentie trahie. Clairement.
Un an après, j’ai changé de région et je suis allée voir un dermatologue là encore très réputé, qui m’a prescrit deux crèmes différentes, toutes deux à base de cortisone, que j’allais devoir mettre pendant plusieurs semaines là encore, mais progressivement de moins en moins. L’eczéma est réapparu dès que j’ai arrêté le traitement.
Depuis 3 ans et demi maintenant, j’ai mis de la cortisone régulièrement.
Mon eczéma s’est propagé à mon cou, ma poitrine, mon visage, mon dos, mon ventre, mes cuisses, mes mollets, mes bras, avant-bras et même mes fesses.
Aujourd’hui, je peux dire que cet eczéma me gâche la vie.
A cause de lui je contrôle tout, parce que j’ai peur qu’une nouvelle poussée apparaisse. J’ai peur de la contrariété qui va donner lieu à des démangeaisons. J’ai peur du carré de chocolat de trop qui va enflammer ma peau, via mes intestins. Peur de l’aliment, de la crème qui va déclencher une crise. J’ai peur de ne pas boire assez d’eau, de ne pas prendre assez de vitamine D, C, E, ABCDEFGH, peur de prendre trop de gluten. J’ai peur d’être trop stressée, pas assez détendue, pas assez reposée. Peur de prendre trop de douche, pas assez de douche. Peur de passer pour une folle malade mentale. Peur de passer pour une femme qui ne se lave pas, ne prend pas soin d’elle. Peur de se gratter en public. Peur d’embêter tout mon entourage avec ma situation. Peur de cette peau foireuse qui aujourd’hui ne me sert plus d’enveloppe et ne me protège plus des agressions extérieures. Peur du sport car la transpiration cause des démangeaisons réellement insupportables.

Lorsqu’il y a des poussées, ma peau devient rouge comme une tomate, mes paupières gonflent et ma peau devient rugueuse comme du papier de verre et ça me brûle, et ça me brûle. On appelle cela le « redskin syndrome ». Puis la peau d’en dessous prend place et celle du dessus pèle. Ce sont des lambeaux de peau qui s’en vont. J’en laisse partout où je passe. Mon mari se retrouve avec des morceaux de ma peau sèche partout sur ses vêtements. C’est insupportable. Cela me rend tellement mal.
Tout me brûle, l’eau me brûle, mes larmes me brûlent, toutes les crèmes les plus douces du marché, spécialement formulées pour les peaux atopiques comme la mienne, m’allument clairement la peau.

Mais pourquoi ? Parce que je suis tout simplement dépendante de la cortisone et que j’ai fichu en l’air ma peau. Elle est toute fine et toute fragile. Elle a besoin de cortisone, j’ai besoin de cortisone. C’est la crème qui me donne des étoiles dans les yeux, parce que je sais qu’après ça ira mieux.

Mais à quel prix ? Si j’avais su à l’époque que cette cortisone allait me mettre dans cet état-là … Et encore, al hamdouliLlâh, je ne suis pas la plus à plaindre. J’ai découvert des personnes qui ne peuvent plus tenir un stylo à cause des démangeaisons et des brûlures, des personnes qui dorment avec des tenues ne laissant apparaitre que leurs yeux, pour ne pas se gratter pendant la nuit … J’ai vu des personnes qui avaient des énormes plaies pleines de pus sur le visage, dans le cou. Je crains la nuit, parce que je me grattes pendant mon sommeil et que c’est la période durant laquelle les acariens viennent me piquer, me brûler la peau. J’ai beau faire tout mon possible pour lutter contre les acariens, je suis faible face à eux. Je deviens dingue, je pleure, j’hurle, j’ai envie de me taper la tête contre les murs. Je me gratte avec tout ce que je trouve, des ciseaux et des brosses.

S’il vous plait, ne mettez jamais de cortisone sur la peau de vos enfants. Même pas un petit peu, non jamais. S’il vous plait. Ce message, ce n’est pas pour me faire plaindre, c’est pour vous avertir des dangers de la cortisone. J’entame un sevrage et je sais que les mois à venir vont être difficiles mais j’ai l’espoir de retrouver une peau saine. In cha Allah. Ce message c’est aussi une partie de ma thérapie, une façon d’extérioriser ma douleur et ma colère.

Merci de m’avoir lu … Barak’Allahou fikoum

 

Saviez-vous que ce médicament peut avoir des effets graves tels que le glaucome, le diabète ou l’ostéoporose ?!

cortisoneSource

Quels en sont les effets indésirables ?

Ils sont liés à « la dose cumulée » administrée c’est à dire à la quantité prise depuis le début de la maladie. Ils sont nombreux mais il existe des moyens pour diminuer leur intensité.

  • La prise de poids est probablement le plus connu. Il est logique de proposer un régime pauvre en graisse et en sucres d’absorption rapide.
  • Le gonflement du visage est lié à une modification de la répartition des graisses. Il n’existe malheureusement pas de mesure pour lutter contre cette conséquence heureusement rare, observée pour des doses importantes.
  • L’hypertension artérielle et les œdèmes des jambes peuvent être diminuées par un régime pauvre en sel. Le régime « sans sel strict » ne doit être prescrit que pour des doses de cortisone supérieure à 10 mg par jour.
  • La fonte musculaire et les crampes peuvent être diminués grâce à un régime riche en potassium (banane, fruits secs…) et en protéine ainsi qu’à un entretien musculaire régulier (en fonction de vos possibilités).
  • Les petits vaisseaux (ou capillaires) sont aussi plus fragiles. Les bleus (ou ecchymoses) sont donc plus fréquents et peuvent apparaître après des chocs minimes.
  • La peau peut aussi être touchée avec un risque d’acné et une difficulté à la cicatrisation.
  • Une fragilité des os (ostéoporose) peut aussi survenir au bout d’une durée de traitement prolongée. Il est souhaitable d’avoir un régime riche en calcium, d’avoir une exposition solaire suffisante (productrice de vitamine D) et de pratiquer une activité physique régulière (qui stimule les cellules des os). Des traitements médicamenteux peuvent aussi être utiles si ces mesures sont insuffisantes (comprimés de calcium associé à de la vitamine D, traitement stimulant les cellules osseuses…).
  • Les infections sont aussi plus fréquentes. La cortisone a tendance à faire baisser les défenses de l’organisme contre les infections (immunodépression induite). Il faut donc avoir une hygiène corporelle très importante surtout au niveau des dents (infection dentaire), des pieds (ongle incarné, mycose…) et de l’hygiène intime (infection urinaire fréquente). Au moindre doute, il est préférable de consulter son médecin.
  • La cortisone a tendance à énerver les gens. Si votre maladie le permet, il est conseiller de la prendre le matin plutôt que le soir pour éviter les insomnies.

Source

D’autres articles en complément d’information :

* La face cachée de la cortisone
* La cortisone attention à votre peau !

Drogués au sucre : les 5 signes que vous êtes dépendant

assalâmu ‘alaykum

sucre

Drogués au sucre : les 5 signes que vous êtes dépendant

On a tous eu un moment une envie irrésistible de sucre : glace, cookies, barres chocolatées… alors que vous savez que ce n’est pas bon, que ça va à l’encontre de vos objectifs de poids… vous le mangez quand même.

Manquez-vous de volonté, où est-ce un mécanisme physique et inévitable, sur lequel vous n’avez aucun contrôle ? De plus en plus, l’idée que le sucre et une addiction comme une autre, au même titre que l’alcool ou les drogues dures, fait son chemin. De 5kg par personne et par an en 1850, on est passé à 35kg aujourd’hui… soit près de 100 grammes par jour !

Si on sait depuis quelques années que le cerveau réagit différemment selon la nourriture qui lui est présenté, on ne savait pas si c’était l’apparence, le goût, ou tout simplement l’excitation de l’interdit. Oui, une part de gâteau au chocolat est plus appétissante que des brocolis, mais est elle addictive ?

En 2007, une étude sur des rats avaient montré que le sucre était 8 fois plus addictif que la cocaïne ! Une nouvelle étude de 2013, faite sur des humains, nous en dit un peu plus.

Et si ce n’était pas de notre faute ?

L’étude menée à Harvard en juin de cette année est un modèle de rigueur et de démonstration. Les scientifiques ont fait en sorte d’être irréprochables, face à tout lobby du sucre qui dirait le contraire.

Afin de mesurer la réaction du cerveau à deux milk-shakes identiques en goût et apparence, mais l’un avec plus de sucre (et un index glycémique élevé), les patients étaient séparés en deux groupes tests par hasard (au sort), dans un environnement médical (contrôlé) sans savoir quel milkshake leur était donné (en aveugle).

Ce type d’étude montre un vrai lien de cause à effet, contrairement aux études d’observation qui ne démontrent rien du tout (à l’origine d’idioties comme « Les oeufs plus dangereux que la cigarettes », « Sauter le petit déjeuner favorise les crises cardiaques » et « La viande rouge est cancérigène »).

L’expérience est la suivante. Premier jour : on donne à un groupe un milkshake avec un index glycémique de 34. Quelques jours plus tard, on donne au même groupe un nouveau milkshake avec un index glycémique de 84. Même apparence, même goût, même calories. Le deuxième contient plus de sucre, sans que ce soit perceptible.

Quelques heures après, chaque participant fait un test sanguin et un scan du cerveau. Sans exception, la différence entre les deux milkshakes était flagrante : explosion du taux de sucre dans le sang (comme prévu), mais également un sentiment de faim et envie de plus de sucre. Les scans du cerveau montrent tous une activité forte dans la région du cerveau responsable des addictions.

On en retire deux choses clés : d’une part, même si les macro-nutriments (glucides, lipides, protéines) et le nombre de calories sont identiques, la réaction du cerveau va varier en fonction de l’index glycémique uniquement. Sucres, farines, boissons sucrées… vont vous donner plus faim.

D’autre part, les aliments qui augmente la glycémie sont physiquement addictifs. Ça veut dire que vous ne pouvez pas compter sur votre volonté, mais prendre des bonnes habitudes, tous les jours.

sucre et cocaine

Êtes vous dépendants ?

Pour savoir si vous êtes dépendants au sucre, à la farine ou aux produits industriels, voici quelques signes que vous êtes victime des industriels :

– vous grignotez sans vraiment avoir faim
– ça vous angoisse de vous passer de certains aliments
– vous vous sentez fatigué de trop manger
– vous avez des problèmes de santé ou de vie en société à cause de ce que vous mangez mais vous continuez quand même
– vous devez manger en plus grosse quantité qu’avant pour être satisfait

Dans mon cas, c’était des soirées où ma faim était infinie… cookies, chips, coca. Au bout d’une heure, je revenais dans la cuisine affamé en ouvrant le frigo mécaniquement, pour attraper un autre snack. Maintenant, j’ai compris qu’il vaut mieux prendre 15 minutes et préparer un vrai repas.

Conclusion

Alors même si ce n’est pas toujours possible d’éviter le sucre et que vous avez été victime d’une forme d’addiction, ne comptez pas sur les industriels pour vous aider : la responsabilité de perdre du poids est sur vos épaules. Comme les fabriquants de cigarettes en leur temps, les lobbys agro-alimentaires nieront responsabilité des problèmes de santé publique encore longtemps. Il n’y a rien de bon pour la santé dans le sucre, vous pouvez vous en passer.

La meilleure façon de stopper une addiction, c’est de couper la source dès que possible. J’étais moi-même un addict de Pepsi et toutes sortes de junk food. Progressivement, j’ai retiré les sucres de mon alimentation.

N’attendez pas le diabète, les troubles cardio-vasculaires : si vous avez du mal à perdre du poids malgré vos efforts, c’est probablement le sucre. Lesmembres du Fastingme racontent souvent combien ils sont beaucoup moins attirés par les produits sucrés, simplement en apprenant à faire la différence entre gourmandise et faim.

Et vous, c’est pour quand ?

signature

*******************************************************

Source : https://www.fasting.fr/2013/09/sucre-dependance/

Eliminer le diabète en 30 jours in shâ Allah c’est possible !

assalâmu ‘alaykum

Éliminer le diabète en 30 jours : TOUT SIMPLEMENT CRU

Guérir du diabète, c’est possible ! Et sans se bourrer des produits toxiques de Big Pharma, au contraire : grâce à la nourriture crue ! Manger des légumes, des fruits, des graines, crus et biologiques, et c’est tout : la prise d’insuline est arrêtée, la tension sanguine redevient normale, la glycémie se stabilise, la santé revient ! C’est ce que propose le Dr Cousens du Centre de l’Arbre de Vie, en Arizona.

http://www.rawfor30days.com

Poudres et potions de l’industrie alimentaire

Vidéo

assalâmu ‘alaykum

Les additifs que créent les entreprises de l’industrie agro-alimentaire ont trouvé une place de plus en plus encombrante dans tout le panel d’aliments qu’aujourd’hui nous consommons, et cela sans que nous n’en ayons réellement conscience. Sous des appellations obscures « d’arômes », de « goût de synthèse », « d’édulcorants » et autres qualificatifs sortis tout droit d’une boîte chimique de pandore, ces industriels procèdent à un empoisonnement pernicieux de tout ce que nous mettons dans nos assiettes.

L’augmentation vertigineuse des cas de diabète, d’insuffisances rénales, de problèmes cardiaques, d’allergies, d’obésité, ou bien alors de ces empoisonnements de « lots » que l’on retire de toute urgence des rayons, vient corroborer ce que des techniciens, des Associations de consommateurs et des médecins annoncent depuis des décennies.

Car toute cette manigance de substitutions n’a comme seul objectif que celui de réduire les coûts de fabrication de ces produits parfois mortels.

Le cuisinier n’est plus, même si de temps à autre il en apparaît un à l’écran, toque vissée, accent du terroir, et venant vanter un plat cuisiné ou un yaourt à la saveur naturelle absolument insipide ; la nourriture du 21ème siècle n’est devenue qu’une affaire de gros sous et de chimistes sans aucun scrupules.