10 signes qui montrent que vous pouvez avoir une intolérance au gluten

assalâmu ‘alaykum

gluten

Il existe une différence entre une allergie alimentaire et une intolérance alimentaire. Ici, nous allons montrer les 10 signes les plus courants de l’intolérance au gluten qui sontt plus communs que vous ne le pensez.

Tout d’abord, nous devons faire la différence entre une véritable allergie alimentaire et une intolérance. Un aliment allergène , est due à une réponse immunitaire indésirable à une protéine alimentaire spécifique. Cela signifie qu’il y a quelque chose dans la nourriture que votre corps va interpréter comme préjudiciable, et donc votre corps va créer automatiquement des anticorps comme moyen de défense.

L’ intolérance est une réaction négative, souvent retardée, à un aliment, une boisson ou d’un additif alimentaire, mais n’est pas une véritable allergie alimentaire. Vous pouvez constater que vous pouvez tolérer une petite quantité de nourriture, mais en grande quantité cela fera réagir votre corps, et dans ce cas, aucun anticorps ne sont générés.

La sensibilité au gluten continue de progresser à un rythme alarmant.

Si vous marchez dans n’importe quelle épicerie aujourd’hui, invariablement, vous trouverez une vaste gamme de produits qui sont sans gluten.

Le gluten lui-même est une protéine présente dans le blé, le seigle et l’orge et d’autres céréales. Beaucoup de maladies sont désormais liées au gluten – l’une des plus connues d’entre elles est la maladie cœliaque qui est une maladie auto-immune qui peut se produire chez les personnes génétiquement prédisposées où l’ingestion de gluten entraîne des dommages à l’intestin grêle.

Il est estimé qu’1 personne sur 100 est affectée dans le monde. 2,5 millions d’Américains ne sont pas diagnostiqués et sont considéré à risque pour des complications de santé à long terme.

Cependant les experts estiment qu’au moins 15% de la population américaine est intolérante au gluten – si vous avez l’un des symptômes cités ci-dessous, alors cela pourrait être une indication que vous pouvez être également intolérant au gluten :

1. problèmes digestifs désagréables et persistants, comme l’excès de gaz, des ballonnements constants, des crampes d’estomac, de la diarrhée et même de la constipation. Les enfants souffrent particulièrement de la constipation si ils sont intolérants.

2. léthargie inexpliquée, cerveau embrouillé ou se sentir fatigué après avoir mangé un repas qui contient du gluten.

3. inflammation, un gonflement ou des douleurs dans les articulations en particulier les doigts, les genoux ou les hanches.

4. kératose pilaire, (communément appelée «peau de poulet » sur l’arrière de vos bras). Ceci est lié à un acide gras et une carence en vitamine A, conduisant à des matières grasses mal absorbées, provoqué par le gluten qui endommage l’intestin.

5. déséquilibres hormonaux tels que le syndrome prémenstruel, le syndrome des ovaires polykystiques ou une infertilité inexpliquée.

6. problèmes neurologiques, par exemple des étourdissements fréquents ou le sentiment d’avoir des pertes d’équilibre.

7. fréquentes crises de migraine.

8.changements d’humeur tels que l’anxiété, la dépression, les sautes d’humeur et ADD (attention deficit disorder) troubles déficitaires de l’attention.

9. Si vous avez été diagnostiqué comme étant atteint de fatigue chronique ou de fibromyalgie. Ces deux maladies sont difficiles à cerner plus précisément pointer la cause de votre fatigue ou de votre douleur, mais de nombreux malades trouvent  la solution en éliminant le gluten.

10. Si vous avez été diagnostiqué avec un trouble auto-immune comme la sclérose en plaques, l’arthrite rhumatoïde, le lupus, la thyroïdite de Hashimoto, colite ulcéreuse, le psoriasis, la sclérodermie étant la plus courante. Il n’existe aucun test fiable spécifique pour confirmer une intolérance au gluten, la meilleure chose que vous pouvez faire est de faire un régime d’élimination, en vérifiant méticuleusement que vous ne mangez pas de gluten, sous quelque forme pendant au moins 2 ou 3 semaines, le plus long sera le mieux. Puis réintroduire lentement et garder un journal alimentaire précis notant chaque chose que vous ingérez, et noter les changements correspondants à votre état d’esprit, comment vous vous sentez.

Beaucoup de gens trouvent qu’après avoir identifié une intolérance alimentaire, et avoir fait une pause de cette nourriture, ils peuvent être en mesure de le réintroduire dans leur régime alimentaire à faible dose sans ressentir d’effet néfaste. De préférence en version sans OGM car beaucoup de gens sont réellement réactifs aux pesticides et aux modifications génétiques plutôt que les grains eux-mêmes.

Apprenez à connaître votre corps et prêter attention aux changements, de cette façon vous serez mieux en mesure de suivre la cause et l’effet et demander un avis médical en cas d’inquiétude.

**************************************************

Source : http://www.naturalcuresnotmedicine.com/2014/06/10-common-symptoms-gluten-intolerance.html

Tous Allergiques ?

assalâmu ‘alaykum

Comment expliquer la recrudescence des cas d’allergies dans le monde ? La journaliste italienne Patrizia Marani, elle-même allergique, part à la rencontre de chercheurs et de scientifiques. Au fil de son enquête, elle met en lumière la responsabilité de l’industrie chimique dans la propagation de ce nouveau mal moderne. Un documentaire éclairant et sans concession.

La journaliste italienne Patrizia Marani, elle-même allergique, part à la rencontre de chercheurs et de scientifiques pour tenter d’identifier les facteurs expliquant l’accroissement des cas d’allergies à travers le monde.

Au fil de son enquête, la réalisatrice met à mal la théorie classique selon laquelle celles-ci seraient dues à un dérèglement naturel du système immunitaire qui prendrait à tort pour cible d’inoffensifs éléments nécessaires à la vie, par exemple le pollen, et met en lumière la responsabilité de l’industrie dans la propagation de ce nouveau mal moderne. Absence de tests sur les effets des pesticides ou des antibiotiques avant leur mise sur le marché, remise en cause de la notion de « dose minime »… : en levant le voile sur les pratiques douteuses des laboratoires pharmaceutiques et des firmes agroalimentaires, Patrizia Marani démontre comment leurs substances chimiques dégradent jour après jour nos défenses immunitaires. Une enquête sans concession.

Poudres et potions de l’industrie alimentaire

Vidéo

assalâmu ‘alaykum

Les additifs que créent les entreprises de l’industrie agro-alimentaire ont trouvé une place de plus en plus encombrante dans tout le panel d’aliments qu’aujourd’hui nous consommons, et cela sans que nous n’en ayons réellement conscience. Sous des appellations obscures « d’arômes », de « goût de synthèse », « d’édulcorants » et autres qualificatifs sortis tout droit d’une boîte chimique de pandore, ces industriels procèdent à un empoisonnement pernicieux de tout ce que nous mettons dans nos assiettes.

L’augmentation vertigineuse des cas de diabète, d’insuffisances rénales, de problèmes cardiaques, d’allergies, d’obésité, ou bien alors de ces empoisonnements de « lots » que l’on retire de toute urgence des rayons, vient corroborer ce que des techniciens, des Associations de consommateurs et des médecins annoncent depuis des décennies.

Car toute cette manigance de substitutions n’a comme seul objectif que celui de réduire les coûts de fabrication de ces produits parfois mortels.

Le cuisinier n’est plus, même si de temps à autre il en apparaît un à l’écran, toque vissée, accent du terroir, et venant vanter un plat cuisiné ou un yaourt à la saveur naturelle absolument insipide ; la nourriture du 21ème siècle n’est devenue qu’une affaire de gros sous et de chimistes sans aucun scrupules.